La circoncision

0
299

La circoncision

Les Egyptiens étaient circoncis dès la Préhistoire : ce sont eux qui ont transmis cette pratique au monde sémitique en général (Juifs et Arabes) et en particulier à ceux qu’Hérodote appelait les Syriens.

Pour démontrer que les Colches étaient des Egyptiens Hérodote invoque les deux indices suivants :

–          Le premier, c’est qu’ils sont noirs et qu’ils ont les « cheveux crépus, preuve assez équivoque, puisqu’ils ont cela de « commun avec d’autres peuples ;

–          le second, et le principal, c’est « que les Colchidiens, les Egyptiens et les Ethiopiens, sont les « seuls hommes qui se fassent circoncire de temps immémorial . «Les Phéniciens et les Syriens de la Palestine conviennent eux-mêmes qu’ils ont appris la circoncision des Egyptiens ; mais « les Syriens qui habitent les bords du Thermodon et du Parthénius, et des Macrons, leurs voisins, avouent qu’ils la tiennent, depuis peu des Colchidiens. Or, ce sont là les seuls « peuples qui pratiquent la circoncision et encore paraît-il qu’en « cela ils ne font qu’imiter les Egyptiens »

J’appelle Nègre, espérant être d’accord avec tous les esprits logiques, un être humain dont la peau est noire, à plus forte raison quand il a les chevaux crépus.

Tous ceux qui acceptent cette définition reconnaitront que, d’après Hérodote, qui a vu les Egyptiens, comme le lecteur voit ce papier, la circoncision est d’origine égyptienne et éthiopienne, et que Egyptiens et Ethiopiens n’étaient autres que des Nègres habitant des régions différentes.

Nous comprenons ainsi pourquoi les Sémites pratiquent la circoncision sans que leurs traditions en donnent une justification valable.

……….la faiblesse des arguments avancés dans la Genèse est caractéristique à cet égard : « Dieu demandera, à Abraham, comme à Moïse de se circoncire, en signe d’alliance avec lui, sans qu’on sache ce qui peut, dans la circoncision considérée du point de vue de la tradition juive même, conduire à l’idée d’une alliance. Le fait est d’autant plus étrange qu’Abraham serait âgé de 90 ans au moment où il fut circoncis. Abraham aurait épousé, en Egypte, une négresse, l’Egyptienne Agar, mère d’Ismaël, point de départ biblique de la seconde branche sémitique, les Arabes  Ismaël serait l’ancêtre historique de Mohamet.

Moïse aurait aussi épousé une Mandianite et c’est consécutivement à son mariage que l’Eternel lui a demandé de se circoncire.

Ce qu’on pourrait retenir par delà les détails légendaires, c’est l’idée que la circoncision n’a été introduite chez les « Sémites » que par suite d’un contact avec le monde noir, ce qui est conforme au témoignage d’Hérodote.

La circoncision ne trouve une interprétation intégrée dans une explication générale de l’Univers, c’est-à-dire une cosmogonie, que chez les Nègres. En particulier la cosmogonie Dogon que la circoncision, pour avoir tout son sens, doit être accompagnée de l’excision : ces deux opérations ayant pour but de retirer à l’homme ce qu’il a de femelle et à la femme ce qu’elle a de mâle. Une telle opération, dans la mentalité archaïque, vise à faire triompher les caractères d’un des sexes chez un être donné.

Selon la cosmogonie Dogon, l’être qui vient au monde est, dans une certaine mesure, androgyne comme le premier dieu.

« Tant qu’il conserve son prépuce ou son clitoris, supports du principe de sexe contraire au sexe apparent, masculinité et féminité sont même force. Il n’est donc pas juste de comparer l’incirconcis à une femme ; il est, comme la fille non excisée, à la fois mâle et femelle. Si cette indécision où il est quant à son sexe devait durer, l’être n’aurait jamais aucun penchant pour la procréation. » (Dieu d’Eau. P.187)

« Ce sont donc de raisons diverses qui expliquent la circoncision et l’excision : nécessité de débarrasser l’enfant d’une force mauvaise, nécessité pour lui de payer une dette de sang et de verser définitivement dans un sexe. »

Pour que l’argument de la circoncision soit valable, il faut que l’androgynie divine qui est la cause traditionnelle de cette pratique dans la société africaine se retrouve dans la société égyptienne. Ce n’est que dans ce cas qu’on sera en droit d’identifier les causes rituelles de la circoncision chez les Egyptiens et dans le reste de l’Afrique Noire.

….dès lors que certains Noirs aient abandonné la circoncision par oubli de leurs traditions, ou pour des raisons diverses, qu’on ait tendance, en Afrique Noire, à abandonner de plus en plus l’excision, que la circoncision égyptienne et la circoncision sémitique soient deux opérations techniquement différentes cela ne change rien quant au fond du problème.

Mais pour que l’identification soit complète et que l’argument de la circoncision soit convaincant il faut que l’excision ait existé aussi en Egypte, Strabon nous apprend qu’effectivement il en était ainsi :

« Les Egyptiens observent surtout, avec le plus grand soin, d’élever tous les enfants qui leur naissent et de circoncire les garçons et même les filles, usage commun aux juifs, peuple originaire de l’Egypte, ainsi que nous l’avons dit à l’endroit où il a été question de lui. »

——————————————————————————————————

Version soninke

Sallinde

(sunnande)

Misirankonun ɲi i ga ɲi sallinden ɲaana saado danben ŋa : a ɲi ikun yaa ga da ke golle xayaadun toxo jonbaaringullu maxa xerexerentaaxu ya (yahuudiya a do araabe) a do xerexerentaaxu ya katta ku beenu Herodoti gi‘i xilli Siriyanu.

Kuudu nan fatanfansindi , ti Kolsinun ɲi i ga ni Mirisankoonun yaa ya, Heredoti ɲi taagumansandini ti fiinu filli yaa kundu :

–          Fana, nan ti fantanbinnun yan ɲi i ya, a do xadi i « yintun deppun ni, ken ga ni daliile xerexerente ya, naatuguti i do « jaman tananu kafon yaa ni ken ŋa »

–          fillandi, ken be sahanten ga ni, nan ti Kolsinun, Misiranko a do Ecopinko, isu ni « soro ya, i baane yaa ga ɲi sallindini gelli manta kara siine », « Fenisiganko a do Falestini Sirinkon yinmenu  danxanaaxu ti a yi nan ti i da sallinden seera Misirankon yaa maxa nxa « Siriko beenu taaxunton ga ɲi Terimojo  a do Paritenu, ken do Makoro, kun ga ni i taaxanrenmun ŋa, i xaa seede nan ti i da sallinden kita gelli Kolosidinkoonun yaa ya. Berni, i baane yan ɲi i ga ni « xabiila beenu ga ɲi sallinden dabarini, a do xadi a wa xo yinme du, i xaa ga ɲi Misirankon yaa seerana ken ŋa»

–          « N ga i be xilli Neegiri, n ga a sinmana in do haqila siri gumun su ga genme ti ke be ya, ken ni ya, haadama renme su faten binnen ga ni, faaramari ken do i yintu deppu ! »

–          I be su ga duŋene ti ke maxankundi moxo kundu ya wa genme nan ti, xo Herodoti, a be ga da Misirankon wori ti i yaaxon ŋa, xoyi ke safandaana gaa ke safaye walla moxo be ya, nan ti sallinden lesilin bogu Misira a do Ecopi ya,xadi ti Misiranko a do Ecopinkon ma ɲi i ga ni sere su tana ya, ganta ti fonbinnu falle, i taaxu dinguranun bogunton ga ɲi mewure ya.

–          A wa faamini keeta manne saabuda jonbaaringullu ga ɲi sallinden dabarini na a ɲi i laadanun ga ma xerexerende laabante kini i ya.

–          Digaamun lanfuyen wa a koyini Injiila noxo nan ti : Kamane, ɲi ga da a muuru Abarahamu maxa, xoyi Muusa yinme ya, ti i nan salli (sunne)kuudo i d’i nan katu genmanrenmaaxu, funbe saabudan ga ra gaa tuwindini, maana be ga da sallinden sabatindi yahudiyanun yinmenu laadanun ŋa, ken ga ken genmanrenmaaxu saarana. Do xadi, Fii ke lasamanten ni biranbe yinme du, Abarahamu wuyin  ɲi ga ɲi 90 siine ya, a gaa sallini (sunnene) waxati be ya. A da a ɲi Abarahamu ga da, Misiranke, foonbinne, Hajara ya yaxi, a ga ni Isimayila saaxa ya, xoyi a ga laxami Biibulun gappen noxon burujunfillandin soron kanma, kun ga ni Araabunun ŋa , Isimayila ga ni Mahamadu (k.d.n.k ) xooxo ya.

Muusa xaa ɲi a ga da Majaanigankan yaxare yaxi, ken ga ɲa saabaabu ya, Duumanten ga da a xiire katta sallinden ŋa

Keeta, o ga raaga ke be ken ragana fii laxaminton su kanma yi, ken ni nan ti sallinden dabarinden ŋa « jonbaaringullu », a sabaabun kite do, i do fatanbinnira royen ŋa me ya, xo Heredoti ga da a ko moxo be ya.

Sallinde ra nta wure loogonte kitta duna yi, ken ga ni xo dunadunwaliye[1]n ŋa, ga ma ɲafalle fatanbinnun laadanun yaa noxo. Xoyi Dogononun dunadunwaliyen ga da a riiti moxo be ya, nan ti : kuudo a n xerexere bangandi haqilun da, sallinde a do yaxarun sunanden yan xawa telle doome ya naatuguti  ku gollu filli ɲanŋen ni do na yogon yaxaraaxu (muru ) a do yaxarin yugaaxu (kunto) yaa bogu no. Ke golle kiite kundu, ga do  ke be batten ŋa, ken ni na ku su dubaananbe fankan  banganten toxo i battan ŋa ya. A wa Dogononun d‘ ake dunadunwaliye maxa, nan ti sere su dunfillo[2]n yan teerini duna yi xoyi fananKamanne[3].

« awa ! na ken muru walla ken kunto toxo no, i ga ni lewura  bangante ke yinme teyinnen ŋa xo yugaaxu a do yaxaraaxu, ken bire kuŋa i fankanin su nan yora. Ken kuŋa a ma xawa  yinme du, xawarannaaxu nan ɲaŋi murunte do yaxare naxa berni, aken do yaxarin sunantanbali su n baana naatuguti isu ni dunfillonun ya. Na a toxo, ke  jirixijaraxaye katta lawura baane yaa ga ma bogu no su, sere ke ra nta xiirene aabada katta jiida ya. »  (Dieu d’Eau. Dere 187)

« ku haqilala gabo kundu yaa faaga moxowasandi katta sallinde a do sunanden ŋa : a ga ni waajibi ya, na toora bogu leminen kanma, xadi, waajibi ga ni na faron tanbo tuge kuudo nan duumemaxan ro i tagaado xerexerenten ŋa

Kuudo salinden d’ake maxankuto nan sabati, a n xawa, Kamannen dunfillaaxu be ga ni fatanbinnira d’ake laada kundu taaxen sabaabun ŋa, nan wori Misira taaxen xaa noxon ŋa. Ke baane yaa saabuda n sikki, ɲaamariye ga katu kiteene do sallinden laadanun faamuyen ŋa, Misirankon a do fatanbinnira taaxon kuttun batten ŋa.

Biranbe fatanbinnu yogonu ga da sallinden wara na a sabaabun ɲa do munguye i laadanun kaara, walla do sabaabu gabo tananu batten ŋa, yaxarin sunnanden ga ware fatanbinnira ya, ken wuren feti nan ti Ejipitu do jonbaaringullu sallindi feeron filli merabogunton ga ni moxo su , ken wa fiinun lesilin yillana.

Nxa, kuudo xerexerenden nan katu sabatini a do sallinden moxowasanden nan faami, a n xawa sunnanden xaa n ɲi Ejipitu ya, « Strabon » da o yinmerawasa ti ken noqu ya, a ga ti kundu :

« Ejipitunkon ɲi, i ga ɲi koorene moxosiri ti xalisiye ya, biranbe i ga ɲi suxulene do i renmun maremoxo siren ŋa ku beenu ga bogu i ya, ti renyugun sallinden ŋa ken do renyaxarun yinme ya, ken ga ni laada yi i do yahuudiyanun ga ɲi a taxandini me ya, ken ni jama ya nan giri bakka Ejipitu ya, xoyi o ga da a ko dingira yogo ya… »

 

Siixu Anta Joopu

(Nations Nègres et Culture)

[1] cosmogonie

[2] androginie

[3] Premier dieu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here